Pourquoi les voitures sportives ont le moteur à l’arrière ?

Pendant la conception des véhicules et plus particulièrement des voitures sportives, le fabricateur fait face à plusieurs choix. Ainsi, ce dernier est contraint de faire des compromis à certaines étapes afin de fournir un bon rendu. Au rang de ces compromis se trouve notamment la position du moteur, qui entraine plus tard de lourdes conséquences. En effet, le moteur des voitures sportives se situe généralement à l’arrière. Toutefois, avant de déterminer les implications de ce choix, il convient de comprendre les motivations du concepteur. Découvrons ensemble pourquoi les voitures sportives ont le moteur à l’arrière.

Pourquoi les voitures puissantes sont en propulsion ?

Une répartition plus adéquate du poids

Pourquoi les voitures puissantes sont en propulsion ? Il faut noter avant toute chose que toutes les voitures sportives n’ont pas le moteur à l’arrière. C’est d’ailleurs le cas de l’Audi 80 GTE, la Peugeot 205 GTI et des GTI des années 80. Cependant, celles qui sont ainsi conçues le sont pour des raisons pertinentes. En effet, les moteurs des véhicules à propulsion sont lourds et agissent sur le poids et les performances du véhicule. Dans de nombreux cas, la position arrière permet d’avoir suffisamment de place pour un moteur plus gros. En plus, ce choix laisse l’avant du véhicule beaucoup plus fin et favorise une meilleure pénétration de l’air (aérodynamisme). 

Outre ces aspects, les voitures sportives ont pour la plupart, le moteur à l’arrière par souci de transfert de puissance. En d’autres termes, plus une voiture accélère, plus elle semble instable. Par contre, lorsque le moteur est à l’arrière, les roues arrière offrent une meilleure adhérence et restent mieux plaquées au sol. Ainsi, en se cabrant, une voiture sportive transfère une partie de sa masse sur le train arrière, contrairement à une traction, dont le train avant se déleste. Ce transfert de masse plaquant les roues arrière au sol garantit plus de sécurité au conducteur et aux passagers, d’où une adhérence extrême et une efficacité plus accrue.

Optimiser la motricité et les performances 

Selon le type et le modèle de voiture, une transmission arrière favorise une meilleure motricité et une excellente sportivité. En effet, avec une telle transmission, les roues avant donnent certes la direction. Mais c’est sur les roues arrière que repose la motricité du véhicule qui permet d’ailleurs une meilleure performance pendant l’accélération ainsi qu’au démarrage. D’ailleurs, la majorité des conducteurs trouvent cette configuration très adaptée à la prise de virages. En plus, à l’inverse de la transmission avant, la configuration arrière rendrait la conduite beaucoup plus agréable sur les routes sinueuses.

Dans la configuration arrière, les concepteurs placent le moteur derrière l’axe des roues. Dans le jargon mécanique, on parle de configuration en porte à faux. Ce réglage est régulier sur les Porsche et à la particularité d’enclencher les quatre roues motrices en cas de besoin. En conduite normale, la voiture évolue comme une traction où seules les roues avant sont entrainées. Or, lorsque le moteur et la transmission se situent à l’extrême du véhicule, il offre une plus grande puissance et permet d’atteindre de grandes vitesses. En cas de perte de motricité et d’adhérence, le train arrière s’enclenche en seulement quelques secondes et le véhicule revient rapidement sous contrôle.