Une voiture de légende : quelle Citroën DS choisir ?

Avec son statut mythique chez les amoureux de l’automobile, la Citroën DS a toujours la côte. Même si DS est maintenant une marque indépendante, le succès est toujours au rendez-vous. Quels sont les meilleurs modèles de Citroën DS ?

Acheter une Citroën DS d’occasion ou neuve ?

Actuellement, les DS 3 et DS 7 Crossback (désignées aujourd’hui par DS3 et DS7), DS 4, et DS 9 ont subi une augmentation de tarifs en neuf depuis l’année 2020. Il s’agit d’ailleurs d’une tendance remarquée chez les autres constructeurs.

Si la Berline DS 9 neuve était vendue 48 000 € à la fin de l’année 2020, son prix allait au-delà dès 64 000 € en 2022. Il s’agit d’un écart conséquent consécutif à la disparition de la version essence PureTech 225. Pour avoir plus d’informations sur les DS d’occasion, il est recommandé de faire le déplacement chez le concessionnaire Citroën le plus près de chez vous.

Les différents modèles de Citroën DS

Comme on en parle ci-dessous, DS Automobiles est la gamme de luxe de Citroën. La griffe DS n’a commercialisé sa propre citadine DS3 qu’en 2009. Le lancement des DS4 et DS5 puis les versions DS3, DS4 et DS7 Crossback ont été conçues deux ans plus tard. Il s’agit de SUV de luxe destiné à rivaliser avec les modèles allemands.

citroën DS

Comment choisir votre modèle de Citroën DS ?

Pour choisir la DS qu’il vous faut, il n’appartient qu’à vous d’établir les critères de choix. Vous allez devoir choisir, selon votre budget, le format que vous désirez ainsi que la motorisation que vous souhaitez. Il faut également tenir compte du carburant utilisé par la DS de votre choix. Le choix du neuf ou de l’occasion dépend du budget que vous êtes prêt à consacrer à cet achat.

A lire  Quels sont les défauts du moteur Xsara soulevés par les mécaniciens ?

La petite histoire de la Citroën DS

Il faut d’abord préciser que DS Automobiles est un constructeur qui se positionne sur le marché de luxe français appartenant au groupe Stellantis. À l’origine, la ligne DS était la gamme premium de Citroën, notamment entre les années 50 à 2010. Aujourd’hui, il s’agit d’une marque à part entière.

C’est le styliste Flaminio Bertoni qui a dessiné la mythique DS. Travaillant alors au bureau d’études de l’usine, le design de la voiture laisse entrevoir l’imagination débordante de l’artiste. Les ingénieurs s’en sont également donné à cœur joie pour concevoir cette voiture sans avoir à se soucier des carcans du marketing régissant le design des autos de l’époque. Le résultat est ce style aérodynamique très innovant lors de son année de présentation en 1955. Un soin particulier a été apporté à l’intérieur de la Citroën DS : moquettes posées sur une épaisseur de mousse et sièges moelleux à souhait. Bien entendu, chaque détail est conçu pour être original : un volant monobranche, une petite pédale de frein, une petite commande hydraulique de boîte de vitesses, etc.

Au cours de l’épreuve dynamique de la DS, l’aspect déconcertant reste sa suspension. La suspension hydraulique avec correcteur d’assiette offre un confort et une efficacité incomparable à tout ce qui est disponible ailleurs à l’époque. Malgré la douceur de l’assistance à la direction, les freins à disque assistés ont une puissance énorme par rapport à la force appliquée au champignon. Ils neutralisent toutes les sensations que la route peut transmettre au conducteur. La voiture peut atteindre une vitesse très élevée sans que les occupants ne la ressentent. Avec l’habitude, il est parfaitement possible de maîtriser les aspects de cette automobile qui étaient propres à Citroën. C’est d’ailleurs ainsi qu’est née un groupe de fans bien particulier : les Citroënistes.

A lire  Pourquoi faut-il respecter les normes en termes de pneumatique ?

La Citroën DS n’en comporte pas moins des défauts. Le plus pointé du doigt reste le moteur poussif qui fait beaucoup de bruit, directement adapté du modèle numéro 11. De plus, les commandes sont complexes et l’ensemble est difficile à mettre au point. Cela s’est d’ailleurs traduit par un manque de fiabilité et des pannes que la marque elle-même a eu du mal à maîtriser.

Les problèmes graves liés à ces dysfonctionnements sont nombreux et ont pour effet de bousculer l’équilibre financier du constructeur. La marque a su néanmoins rebondir en apportant des améliorations successives au fil des années pour que la Citroën DS soit tout à fait au point. Par ailleurs, les quelques désagréments n’ont pas suffi à décourager les fans et l’engouement pour le modèle atypique est réel. Le succès est au rendez-vous et rouler en Citroën DS est devenu un symbole de réussite sociale, notamment chez les industriels et les hommes politiques.

Charles