Impressionnante chute des ventes de la Mégane E-Tech : Renault en pleine tourmente !

Vous ne croirez pas à quel point les ventes de la Mégane E-Tech, qui avaient démarré en trombe, sont en train de s’effondrer ! C’est une véritable catastrophe pour Renault, et les signaux d’alerte retentissent de tous côtés.

Des débuts flamboyants, mais un destin incertain

À son lancement, la Mégane E-Tech était célébrée comme un succès commercial retentissant, mais aujourd’hui, tout semble s’écrouler. Ce modèle, qui avait conquis le marché avec fracas, perd de plus en plus de terrain face à ses concurrents, plongeant ainsi Renault dans l’incertitude la plus totale.

Le syndicat CGT de l’usine Renault de Douai, où la Mégane E-Tech est assemblée, tire la sonnette d’alarme : « La Mégane ne décolle pas ! » Lancée en grande pompe en 2022, cette voiture incarne le virage stratégique de Renault vers une montée en gamme de ses véhicules. Cependant, les salariés de l’usine sont beaucoup plus sceptiques quant à la réussite de ce modèle. Dans un secteur automobile d’une concurrence féroce, notamment avec la Chine, la Mégane électrique a brusquement disparu du top 10 des voitures électriques les plus vendues en Europe au cours du premier semestre 2023.

Un déclin également perceptible en France

Si la situation est critique en Europe, elle n’est guère meilleure en France. Les ventes chutent également de manière spectaculaire sur le marché national. Preuve en est, seulement 988 exemplaires de la Mégane E-Tech ont trouvé preneur en juillet 2023. C’est moins de la moitié des ventes réalisées à la même période l’année précédente, d’après les données fournies par la Plateforme automobile (PFA).

A lire  Problème lève-vitre électrique Laguna : quelles sont les raisons ?

La situation devient encore plus inquiétante lorsque l’on constate que la Mégane E-Tech, qui dominait autrefois le marché des voitures électriques en France avec une avance confortable en juillet 2022, est désormais distancée par le Model Y de Tesla. Pire encore, elle se retrouve derrière la MG 4 depuis le mois de mai dernier.

Chte des ventes de la Renault Mégane

Renault en danger face à une guerre des prix implacable

Ces signaux d’alerte sont alarmants, d’autant plus que la Mégane au nouveau moteur E-Tech 1.8 e-Tech symbolise l’offensive de Renault dans le segment des voitures compactes, marquant ainsi le renouveau de la marque après des années tumultueuses. L’objectif était simple : vendre moins de véhicules, mais des modèles à plus forte valeur ajoutée, c’est-à-dire plus chers et plus rentables. Cette stratégie avait porté ses fruits jusqu’à présent, avec des résultats commerciaux élogieux au premier semestre 2023. Fort de cette dynamique positive, le constructeur français avait revu à la hausse ses objectifs financiers pour le reste de l’année. Cependant, cette renaissance se retrouve aujourd’hui mise à mal par la concurrence, faisant de la Mégane E-Tech un exemple criant de cette lutte impitoyable.

« Une guerre des prix de plus en plus féroce, déclenchée par Tesla et MG en Europe, a un impact considérable sur les commandes de la Mégane E-Tech qui peine à séduire son public », s’alarme le syndicat CFDT. « Il est primordial de ne pas se focaliser uniquement sur la politique de hausse des prix au détriment des volumes », ajoute-t-il, craignant une baisse de l’activité dans les usines françaises. Le syndicat CGT partage la même préoccupation : « C’est une excellente voiture dotée d’avancées technologiques remarquables. Mais le problème réside dans la guerre des prix menée par Tesla et MG », explique Laurent Giblot, dessinateur industriel et élu CGT au centre d’ingénierie de Villiers-Saint-Frédéric (Yvelines).

A lire  Étonnant ! Pourquoi votre voiture électrique siphonne-t-elle plus d'énergie en hiver ? Révélations !

Au début du mois d’août, le prix de départ de la Mégane E-Tech était fixé à 38 000 euros, après déduction du bonus écologique bien entendu. Ce tarif se situe en dessous de celui proposé par Tesla pour son Model Y (45 990 euros), mais nettement au-dessus de la MG 4, vendue à 29 990 euros.

Charles