Quel est l’impact des ZFE sur les ventes de voitures d’occasion en 2024 ?

Les Zones à Faibles Émissions (ZFE) ont suscité de nombreuses inquiétudes parmi les automobilistes. Leur déploiement a été source de controverses et leur influence sur le marché de l’occasion a été questionnée. Ont-elles vraiment incité les Français à se tourner vers des voitures plus récentes ? Découvrez les statistiques et les tendances qui dévoilent l’effet des ZFE sur l’achat de voitures d’occasion.

Une réticence marquée chez les habitants des ZFE

Les statistiques fournies par AAADATA mettent en évidence un comportement attentiste chez les acheteurs résidant dans les Zones à Faibles Émissions. En comparaison à 2020, la hausse des immatriculations en 2021 est moins prononcée dans ces zones. De même, la baisse en 2022 par rapport à 2021 est également plus modérée dans les ZFE. Ces chiffres témoignent d’une certaine réticence à acheter des voitures d’occasion dans ces zones.

Un engouement pour les voitures récentes de type Crit’Air 1

Parallèlement, on observe une accélération du renouvellement des voitures d’occasion vers des modèles récents répondant aux critères Crit’Air 1 (mis en circulation à partir de 2011, hors diesel). Les chiffres montrent que cette tendance est particulièrement marquée dans les Zones à Faibles Émissions. Au sein du Grand Paris, entre 2020 et mai 2024, les achats de voitures neuves et d’occasion Crit’Air 1 ont augmenté de 41 % à 53 %, dépassant ainsi les pourcentages observés dans les zones non soumises à ces restrictions (de 39 % à 50 %). Les véhicules Crit’Air 2 sont les plus touchés par cette évolution, puisqu’ils ne représentent que 23 % des achats sur les cinq premiers mois de 2024, tandis que les Crit’Air 0 et 1 comptent pour 58 %. Cette tendance est constatée dans plusieurs ZFE telles que Nice, Aix-Marseille, Reims, Strasbourg, Lyon et d’autres.

A lire  Les prix des Tesla vont-ils continuer à chuter ? Révélations explosives d'Elon Musk !

Les ZFE Quel impact sur le marché des voitures d'occasion

La ville de Saint-Étienne se démarque particulièrement, avec un impact significatif de l’effet ZFE sur les décisions d’achat. Dans les zones soumises à restriction, les achats de voitures électriques représentent seulement 7 %, tandis que les voitures Crit’Air 1 dominent largement avec 73 % des achats. En revanche, dans les zones hors ZFE de Saint-Étienne, seuls 33 % des achats concernent les Crit’Air 1.

Un constat similaire est observé à Rouen, où les automobilistes se tournent principalement vers les voitures Crit’Air 1 avec 73 % des achats dans les zones soumises à restriction, tandis que ce chiffre diminue à 45 % pour l’ensemble du département.

Quel avenir pour les ZFE et l’achat de voitures ?

L’introduction des ZFE a clairement stimulé l’achat de voitures Crit’Air 1, au détriment des Crit’Air 2 et 3. Cependant, l’intérêt pour les véhicules électriques n’a pas connu de hausse significative. Les évolutions récentes, notamment l’admission des voitures Crit’Air 5 jusqu’en 2025 et le sursis pour les Crit’Air 3 jusqu’à fin 2027, pourraient à nouveau modifier les décisions d’achat des Français. L’avenir nous réserve encore bien des surprises dans ce domaine en constante évolution.

Charles